InfoTET_Loteria2_MarieAnneDaye
Marie-Anne DAYÉ

Marie-Anne DAYÉ

Conceptrice - Rédactrice

¡Lotería!

Une vingtaine de travailleurs étrangers temporaires guatémaltèques et honduriens se sont rassemblés au centre communautaire de Saint-Rémi, le 11 février 2023, à l’invitation de Melvin Mendez et Leticia Beita de la Fondation Oscar Romero, pour jouer à la loterie – ou bingo mexicain. Cette rencontre ludique était aussi l’occasion d’échanger de l’information sur les droits des travailleurs agricoles.

Texte et photos Marie-Anne Dayé


Une carte de jeu avec 16 images, des haricots blancs et un « chanteur » de loterie, et il n’en faut pas plus pour allumer les participants et faire monter la tension. La personne au micro tire l’une des 54 cartes du paquet qu’il a dans la main, par exemple la sirène, la crevette ou la lune, et le joueur doit déposer un haricot sur l’image correspondante de sa carte. Dès qu’une ligne est formée ou que sa carte est pleine, selon la règle qui a été établie au départ, il doit crier « ¡Lotería! ».

 


La loterie est très populaire dans la culture du Mexique, depuis plus de deux siècles. Pratiquée par les classes dominantes de la colonie (qui était à l’époque la Nouvelle-Espagne), elle est devenue un passe-temps pour les soldats mexicains pendant la guerre d’indépendance, de 1810 à 1821. Depuis, elle s’est faufilée au cœur des traditions du pays et s’avère désormais un incontournable des repas et des fêtes familiales. Au centre communautaire de Saint-Rémi, les travailleurs pouvaient profiter de leur jour de repos pour s’adonner à ce jeu. C’était également un moyen pour Melvin et Leticia de créer des liens avec eux.

	

Pour quelques travailleurs présents, il s’agissait non seulement de leur première année au Québec, mais aussi la première activité proposée par un organisme de la région à laquelle ils participaient. D’autres en étaient à leur huitième ou dixième année dans la province. Avec leur projet Vision ML, financé par le Programme de soutien aux travailleurs migrants, Melvin et Leticia souhaitent rejoindre le plus de travailleurs possible, afin de les soutenir pendant leur séjour au Québec : ils les accueillent à l’aéroport et les accompagnent à l’épicerie et à l’hôpital pour de la traduction, par exemple.

 



En attendant que tous les participants franchissent la porte, les organisateurs en ont profité pour présenter des vidéos expliquant les droits des travailleurs et pour répondre à leurs questions sur les heures supplémentaires payées ou la prestation de retraite, par exemple. Melvin a aussi abordé la question des accidents de travail : « Si tu te casses la patte » – un parallèle agricole qui a fait rire tout le monde dans la salle – « si tu te casses la jambe, se reprend-t-il, tu dis à ton patron que tu dois aller à l’hôpital et qu’il te dit non, attends à demain […] Dans cette situation, tu peux nous appeler ». Il a détaillé ensuite les démarches à suivre, soit la consultation avec un médecin ainsi que les prestations auxquels le travailleur a droit.

Le programme de Vision ML se bonifiera au cours de l’année selon les besoins et les envies des travailleurs avec toujours le même objectif : aider, accompagner et soutenir les travailleurs migrants ainsi que briser l’isolement grâce à des activités sociales.

 

Partagez l'article :

Facebook
LinkedIn
Courriel
Imprimez

Articles récents