Picture of Marie-Anne DAYÉ

Marie-Anne DAYÉ

Conceptrice - Rédactrice

L’assurance-emploi, c’est aussi pour les TET

Des travailleurs étrangers temporaires de Baie-Saint-Paul ont eu recours à l’assurance-emploi en raison d’une mise à pied temporaire de leur employeur. Les Services de main-d’œuvre l’Appui ont fait appel à Service Canada pour aider les TET concernés à remplir leur demande.

Texte et photos : Marie-Anne Dayé

Comment fonctionne l’assurance-emploi ? Qui y est admissible ? Comment faire la demande ? Voilà des questions auxquelles deux agentes de Service Canada ont répondu lors d’une séance d’information offerte le 18 avril 2024 à Baie-Saint-Paul à l’initiative des Services de main-d’œuvre l’Appui. Cet organisme, financé notamment par le gouvernement du Canada dans le cadre du Programme de soutien aux travailleurs migrants (PSTM), informe les travailleurs de la région sur leurs droits et responsabilités en plus d’organiser des activités pour briser la routine et l’isolement.

Geneviève Blondeau, coordonnatrice des régions Chaudière-Appalaches et Capitale-Nationale, a présenté le guide d’information générale pour les TET, accompagnée de Pascale Vallée, agente de liaison culturelle au SANA Charlevoix, qui a organisé la séance d’information.

Certains travailleurs ont subi involontairement une mise à pied temporaire de leur employeur en raison d’un manque de travail. Ces derniers ont droit aux prestations régulières de l’assurance-emploi, dès lors qu’ils sont titulaires d’un permis de travail valide, et qu’ils ont complété au moins entre 420 et 700 heures (selon le taux de chômage régional) de travail dans les 52 dernières semaines ou qu’ils ont subi une perte d’emploi involontaire ou une baisse de travail de 40% (par exemple, l’employeur donne seulement 2 jours de travail au lieu des 5 jours habituels par semaine). Les prestations régulières permettent aux travailleurs de recevoir jusqu’à 55% de leur revenu pendant un maximum de 45 semaines.

Comme le site Web pour faire la demande est en anglais ou en français, les deux langues officielles du Canada, certains travailleurs ont besoin d’être accompagnés pour remplir la demande. Il est possible d’avoir recours à un interprète en se rendant en personne dans un bureau de Service Canada. Il est aussi possible d’être accompagné par une personne de confiance pour effectuer la traduction en simultanée.

Il faut savoir que même si l’employeur avise d’avance l’employé d’une éventuelle mise à pied, il faut attendre la date de la cessation d’emploi pour faire la demande d’assurance-emploi. Par ailleurs, il ne faut pas attendre plus de quatre semaines après la cessation de l’emploi pour faire la demande, sinon il y a un risque de perdre des prestations.

Qu’en est-il pour les travailleurs saisonniers ?

Les travailleurs saisonniers ont accès, comme tout autre travailleur, à l’assurance-emploi s’ils satisfont aux critères d’admissibilité. D’ailleurs, le gouvernement offre des semaines supplémentaires (entre 5 et 9) de prestations régulières aux travailleurs saisonniers vivant dans certaines régions.

Toutefois, compte tenu de leur courte présence sur le territoire canadien dans l’année, certains travailleurs peuvent rencontrer certains obstacles. Par exemple, les travailleurs mexicains du Programme des travailleurs agricoles saisonniers (PTAS) peuvent séjourner au Québec pour un maximum de 8 mois, entre le 1er janvier et le 15 décembre. « Le problème est lié au statut temporaire, explique Felipe González Lugo Méndez, consul du Mexique à Montréal. Les prestations sont calculées à partir des gains des 52 dernières semaines. Or, si le TET en question était au Mexique quelques semaines avant, cela devient problématique ».

De plus, selon le Bureau d’information avec les médias d’Emploi et développement social Canada, « les prestataires n’ont habituellement pas le droit de toucher des prestations régulières pendant qu’ils sont à l’extérieur du Canada, à moins que la raison du voyage ne figure dans celles prescrites dans le Règlement sur l’assurance-emploi ».  

 

Le projet a été financé par le gouvernement du Canada.

Partagez l'article :

Facebook
LinkedIn
Courriel
Imprimez

Articles récents