AIDE_18dec2022_MarieAnneDaye11
Marie-Anne DAYÉ

Marie-Anne DAYÉ

Conceptrice - Rédactrice

L’importance de se rassembler

Venus au Québec pour y travailler durant plusieurs mois loin de leurs familles, les travailleurs étrangers temporaires ont besoin de moments de répit et de divertissement pour se retrouver et briser l’isolement. L’organisme Actions interculturelles de développement et d’éducation (AIDE) a su les rassembler dans une atmosphère de fête, à quelques jours de Noël.

Texte et photos Marie-Anne Dayé

 

En ce dimanche 18 décembre 2022, on sentait que l’hiver s’était bien installé et que les matchs de soccer estivaux étaient encore très loin. Il faut certes trouver d’autres prétextes pour réunir les travailleurs agricoles, et leur offrir l’opportunité de tisser des liens. Grâce à son projet Ensemble on sème, l’organisme AIDE, basé en Estrie, remplit ce mandat haut la main.

Juste avant les célébrations de fin d’année, les organisateurs ont invité les TET de la région à assister à la diffusion de la finale de la Coupe du monde de la FIFA, qui opposait la France à l’Argentine. Un moment significatif pour les amateurs de ce sport, qui coïncidait d’ailleurs avec la Journée internationale des migrants. C’est donc au sous-sol de l’hôtel de ville de Waterville que l’on pouvait entendre en alternance les cris, les soupirs de découragement et les rires des supporters de chaque équipe. Le calme des premières minutes s’est transformé en fébrilité bouillonnante en fin de match.


 

Une fois la victoire de l’Argentine déclarée, les esprits étaient à la fiesta, bien que la déception des fans de l’équipe des Bleus fût palpable. Tous se sont mis à table pour déguster des tostadas au porc et leur mélange d’oignons piquants et de salsa verde, un plat typique du Mexique. S’en sont suivis des jeux de chaise musicale, de remplissage de maillots de soccer (l’équipe qui réussit à créer le plus gros ventre de l’un des coéquipiers à l’aide de morceaux de vêtements gagne) et de karaoké.

 

 

Ce genre d’activités est un baume pour ces travailleurs. C’est la première année que Jasmin Guevera Esquivel y prend part, lui qui en est à sa troisième saison de travail dans la même ferme laitière. C’est aussi la première année que le jeune homme se sent réellement informé sur ses droits et sur les services offerts à proximité de son lieu de travail. « Au fil du temps, j’ai pu créer des liens avec plus de personnes, je me suis senti plus adapté », dit-il. Bien qu’il trouve toujours difficile de quitter sa femme et ses deux enfants pour une longue période, il aime son emploi ici, qui lui permet de soutenir financièrement sa famille restée au pays, raconte-t-il.

 

Jasmin Guevera Esquivel se réjouit des événements comme ceux-ci, qui permettent de rencontrer de nouvelles personnes

 

Pallier les différences culturelles

Eduardo Mejia, originaire comme Jasmin du Guatemala, a pu se faire des amis (dont certains avec qui il joue au soccer en été), lors des événements organisés par AIDE. Cependant, le contraste entre la culture du Guatemala et celle du Québec est grand, tout comme celui de la température, à laquelle il faut s’habituer. « En décembre, la période de Noël est très différente au Guatemala. Il y a des feux d’artifice et des pétards. Ici, au Canada, on ne voit que des lumières dans les maisons », remarque-t-il.

 

Eduardo Mejia montre fièrement la photo de son équipe de soccer en Estrie, dont plusieurs coéquipiers étaient présents à l’activité du 18 décembre.

 

D’où l’importance d’offrir ces services aux TET qui, selon Diana Quintanilla, agente de projet chez AIDE, doivent « sortir de leur zone de confort » et de leur routine entre la maison et le travail. « Dans leur pays, ils vont dans la rue et il y a de la musique, c’est l’fun. Se ramasser dans un endroit souvent loin de la ville, c’est encore pire. Parfois, ils sont juste un ou deux dans leur ferme », mentionne-t-elle. Avec le projet Ensemble on sème, les agents comme elle se déplacent sur le terrain, rencontrent les travailleurs, leur fournissent de l’information et les aident à briser l’isolement.

 

Diana Quintanilla, agente de projet Ensemble on sème chez AIDE.

 

L’organisme aimerait étendre ses services pour atteindre plus de travailleurs, qui sont de plus en plus nombreux sur le territoire d’une année à l’autre.

Pour plus d’informations sur le projet d’AIDE : aide.org.

Partagez l'article :

Facebook
LinkedIn
Courriel
Imprimez

Articles récents

Articles

Le français, une nécessité pour les TET

Plusieurs raisons peuvent motiver les travailleurs étrangers temporaires d’apprendre le français : répondre aux nouvelles exigences du Québec pour renouveler leur permis de travail, communiquer avec leurs collègues et leur employeur,

Lire l'article »