Picture of Marie-Anne DAYÉ

Marie-Anne DAYÉ

Conceptrice - Rédactrice

Fête du soccer à Berthier-sur-Mer : 60 TET réunis autour d’un ballon

La Fête du soccer, organisée par la Corporation de développement économique de la MRC de Montmagny (CDEMM) le 19 août 2023 à Berthier-sur-Mer, a réuni environ 60 amateurs de ce sport. Ces derniers ont pu se dégourdir les jambes, s’informer auprès des organismes présents et certains d’entre eux ont pu repartir avec un vélo.

Texte et photos Marie-Anne Dayé

Le ciel nuageux n’a pas freiné les ardeurs des joueurs de soccer, impatients de gagner le terrain et d’affronter leurs adversaires, bien que le tournoi se voulait amical. Parmi les quatre équipes en compétition, trois étaient regroupées par entreprise, tandis qu’une quatrième mixte se composait de joueurs de tous horizons.

Pendant ce temps, les bénévoles de l’organisme Cyclo Nord-Sud s’affairaient à préparer les vélos revalorisés en les équipant de lumières avant et arrière et d’un kit de réparation express. Au total, 26 vélos et casques ont été remis à des travailleurs étrangers temporaires. À l’orée du terrain, l’équipe d’InfoTET distribuait des guides d’information et Justice Pro Bono utilisait des solutions ludiques pour attirer l’attention des participants sur des questions en lien avec leurs droits.

Mission : réussir à rejoindre les TET

Alain Brebion, agent d’accueil et d’intégration à la CDEMM, estime à environ 500 le nombre de TET originaires du Mexique, du Guatemala et de la Colombie, entre autres, dans la MRC de Montmagny. Ils travaillent pour la majorité dans des entreprises manufacturières, principalement à Saint-François et à Saint-Pierre. La difficulté majeure, selon lui, est de les rejoindre. « On a toujours eu de la difficulté à les toucher, car c’est une population plus isolée. On a déjà des contacts, mais c’est encore partiel et fragile. Comme les travailleurs changent, même si tu établis un contact avec eux, ils ne sont peut-être plus là l’année suivante », souligne-t-il.

Élyse Mercier et Alain Brebion de la CDEMM

Depuis juillet, la CDEMM a embauché de nouvelles ressources pour faire grandir le projet. Élyse Mercier, notamment, a commencé l’aventure en juillet et semble déjà prendre son rôle d’agente d’accueil et d’intégration très à cœur. « Le contexte du soccer, c’est ce qui les rassemble le plus facilement. On les a rejoints grâce aux dons de vélos. On sait que plusieurs n’ont pas de voiture et n’ont pas de moyen de déplacement autre qu’à pied, surtout les travailleurs agricoles », explique la jeune femme, qui éprouvait depuis longtemps l’envie de s’engager auprès des travailleurs migrants. « Un de mes objectifs, dit-elle, est de faire le pont entre les immigrants et les ressources dont ils ont besoin. Il faut trouver des façons de pouvoir leur parler. Se promener de ferme en ferme, c’est un peu difficile, alors quand on a des événements comme celui-ci, ça facilite les choses et c’est agréable pour tout le monde, autant pour nous que pour eux. » Selon elle, le meilleur moyen de mobiliser les travailleurs est de trouver un leader dans une entreprise afin de lui transmettre les messages et les invitations.  « On sait que sa gang va suivre ! », poursuit-elle.

L’équipe, qui a organisé des matchs de soccer chaque samedi durant l’été, ciblant les travailleurs de l’Amérique latine surtout, souhaite maintenant répondre aux besoins des travailleurs philippins, visiblement friands de basket-ball. Les événements sportifs sont de bonnes occasions de partager de l’information, de créer des liens et de briser l’isolement.

 

Le projet a été financé par le gouvernement du Canada.

Partagez l'article :

Facebook
LinkedIn
Courriel
Imprimez

Articles récents